Actions

L'association a notamment pour objectifs d'améliorer les installations disponibles au ministère et dans le réseau des ambassades. Il s'agit notamment de proposer à l’administration d'améliorer les conditions de stationnement des vélos, de mettre en place les vestiaires et douches et enfin d'accompagner le ministère dans le déploiement des Diplolib. Vos remarques et revendications sont les bienvenues. Faites nous connaitre vos besoins.

L’association se préoccupe à court terme des conditions offertes aux vélos dans le cadre du chantier Quai d'Orsay 21 qui débutera prochainement : conditions d'accueil pendant les travaux, nouveaux espaces après les travaux.

L'association se fixe pour premiers objectifs :

  • la recherche de solutions à même de faciliter le parking de vélos (dans un premier temps sur les 3 sites du Quai d’Orsay, des Invalides et de Convention).
  • la mise en place de l’indemnité kilométrique vélo (IKV) au MAEDI afin de prendre en compte la démarche des utilisateurs de vélo.
  • une réflexion commune avec la DIL et particulièrement les BAU autour de l’usage des Diplolib, afin notamment de faciliter leur usage et leur diffusion.
  • dans le cadre de l’opération Quai d’Orsay 21, l’intégration dans le projet de réhabilitation du site de douches et de penderies individuelles dans les bureaux (sur le modèle de ce qui se fait à Convention).
  • proposer au MAEDI la mise en place de vélos électriques sur le modèle de Diplolib afin de faciliter les déplacements travail-travail.

Le marquage des vélos a fait ses preuves

En 2016, 500 000 vélos ont été déclarés volés, soit un toutes les 60 secondes. Le vol est aujourd’hui un des principaux obstacles à la pratique cyclable mais il existe des solutions pour réduire nettement les risques. Le marquage Bicycode en fait partie. Le principe est simple : on grave sur le cadre un numéro unique, qui sera ensuite entré dans une base de données nationale et confidentielle. Grâce à un partenariat avec la police et la gendarmerie, ce dispositif facilite la restitution du vélo à son propriétaire en cas de vol ou de perte. Le marquage a fait ses preuves au Danemark et en Allemagne. Il permet d’avoir plus de 40 % de chances de retrouver son vélo volé.

Bicycode désormais obligatoire pour les vélos neufs

En 2021, l’identification – avec Bicycode ou d’autres systèmes agréés – a été rendue obligatoire pour les vélos vendus neufs par des professionnels. Ce changement a également accru la demande pour les vélos déjà en circulation. Mieux se Déplacer à Bicyclette (MDB) organise des sessions de marquages à la Maison du vélo de Bastille les mercredis de 13h30 à 17h30 sur inscription.

https://mdb-idf.org/le-marquage-bicycode/

Une nouvelle plateforme bicycode.eu

Le système Bicycode, dans le cadre de cette mise à niveau réglementaire, évolue. Bientôt, il ne sera plus nécessaire pour les propriétaires de vélos de s’enregistrer car tout sera fait par l’opérateur. La plateforme actuelle bicycode.org ne sera plus opérationnelle, remplacée par bicycode.eu. Il est donc impératif pour les propriétaires de vélos marqués avec Bicycode de s’enregistrer avant la migration de la plateforme, prévue fin avril. Si vous êtes déjà enregistré·e mais que vous avez changé de coordonnées, mettez-les à jour dans le même délai.

https://mdb-idf.org/bicycode-noubliez-pas-de-vous-enregistrer/

 
 
 

 

Dans la fonction publique, le décret n° 2020-543 du 9 mai 2020 prévoit le versement du « forfait mobilités durables » aux agents publics de l’Etat, annoncé lors du rendez-vous salarial du 2 juillet 2019. Un arrêté du même jour fixe à 100 le nombre minimal de jours d'utilisation d'un moyen de transport éligible au versement du forfait et à 200 € son montant annuel maximum (400 € pour le privé !).

Julien Lecas, Youri Khelifi et Thierry Duboc ont participé le 18 décembre 2019 au premier comité vélo de l’année 2020, consacré à deux projets qui dépassent la compétence de la ville de Paris : les « Continuités cyclables pour les JO de 2024 », évoquées ici, et le projet de RER vélo, qui fera l’objet d’un autre article.

Pendant un temps, pour moi les vélos à assistance électrique (VAE) étaient au vélo ce que les scooters à trois roues (voire quatre !) sont à la moto : un vague air de famille mais très peu d’ADN en commun. J’ai changé d’avis lorsque j’ai commencé à vélotaffer au quotidien, et me suis rendu compte que le temps gagné sur le trajet versus les transports en commun, je le perdais à préparer mon sac à dos le matin et à me changer et re-pomponner à l’arrivée, histoire d’avoir un peu d’allure et de sentir bon pour la journée de boulot.

L’association Diplomacycles, qui participe tous les mois aux réunions du « Comité vélo » organisé par la mairie de Paris, a été sollicitée comme les autres associations sur l’épineuse question de la cohabitation des cyclistes et piétons dans l’espace public parisien. Après avoir interrogé nos adhérents (c’était avant le mouvement de grève des transports), nous avons fait parvenir à la Mairie les observations et suggestions suivantes.

Alertée par le témoignage d'un agent cycliste concernant la recrudescence de vol de vélos et l'interdiction de leur stationnement à l'intérieur du site du quai d'Orsay, l'association Diplomacycles a signalé cette situation dans un courrier au secrétaire général du Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères.

L’association Diplomacycles était représentée lors de l’assemblée générale constitutive de l’association Collectif vélo réunie en visioconférence le 7 novembre 2020. Le Collectif Vélo Île-de-France rassemble 38 associations, dans une centaine de communes, représentant plus de 7 000 adhérents. Depuis sa création en mars 2019, il a pour objectif de faire de l’Île-de-France une région cyclable, où toutes et tous peuvent se déplacer à vélo de manière sûre, confortable et efficace. L’assemblée générale a fait le point sur les actions récentes, sur les perspectives coronapistes et RER-V et elle a adopté statuts et règlement intérieur.

La grande grève des transports de la fin 2019 – début 2020 n’est pas encore terminée mais déjà quelques réflexions s’imposent au cycliste auteur de ces lignes. Il ne s’agira pas de se prononcer ici sur le bien-fondé de la réforme des retraites (à l’origine du conflit), pas plus que sur la légitimité ou non de la grève des transports, engagée désormais depuis plus d’un mois. Il ne s’agit ici que de quelques observations d’un témoin sur deux roues.

Dans le cadre de son plan vélo 2015-2020, la Mairie de Paris réunit chaque mois diverses associations (cyclistes, usagers des transports) et institutions (RATP, préfecture de police) afin d’échanger sur les aménagements cyclables en cours dans la ville. À chacun des comités sont abordés les travaux dans un quartier et les acteurs présents, dont Diplomacycles, sont invités à donner leur avis.

Alors que les travaux d’aménagement de nouvelles pistes cyclables marquent le pas à l’approche des élections municipales, le comité vélo fait le point sur les travaux d’aménagement récents ou prévus. La bonne nouvelle c’est la fréquentation des itinéraires cyclistes, qui a doublé en un an. La mauvaise, c’est le non-respect massif des priorités piéton par les cyclistes.

Diplomacycles roule pour pour donner plus de visibilité au vélo au Affaires étrangères.

Fruit d’une mobilisation constante de Diplomacycles, le parking à vélo du site de Convention a, avec le concours de la DGAM et de la DIL, doublé récemment sa superficie d’accueil. Ce sont plus de 80 places qui sont désormais à disposition des collègues se rendant à Convention à vélo.